Hommage à nos Morts pour la France

 

Chères Carriéroises, Chers Carriérois, 

Le 11 novembre marque la fin de la Première Guerre mondiale et nous impose à tous de nous souvenir de ceux qui se sont battus pour notre Liberté. Un devoir de mémoire pour ne pas oublier, ne pas recommencer.

Lors des cérémonies officielles organisées dans nos communes, à titre personnel dans un temps de cette journée, en regardant un film, en écoutant des chants ou en évoquant des souvenirs avec nos parents ou grands-parents, chacun de nous aura consacré un peu de son temps pour honorer la mémoire de ces hommes et de ces femmes qui, courageusement, ont défendu les valeurs républicaines auxquelles nous sommes tous si attachés.

Ce devoir de mémoire était déjà bien présent dans les esprits de nos combattants qui, à peine l’armistice signé, pensaient à ceux qui étaient disparus. Après m’être recueilli au pied du monument aux Morts de notre commune, j’ai eu l’occasion de partager cette journée avec des Carriérois qui possédaient de nombreux souvenirs photographiques et manuscrits de cette période si triste pour nos nations. J’ai retenu cette phrase d’un soldat qui venait d’apprendre la fin de la guerre : « Quelle journée qui devrait être pour tous remplie d’allégresse, mais mes pensées vont vers mes camarades disparus. »

De photographies en lettres nous avons pu sentir toutes les émotions de ces soldats partis défendre un idéal de paix : leur détermination et leur courage, leurs peurs, leurs chagrins, leurs espoirs, leur enthousiasme et leurs joies à l’annonce de la signature de l’Armistice.

Je reproduis ici quelques photographies ainsi que les noms des Carriérois disparus lors de cette Première Guerre mondiale, et vous invite tous à passer un jour ou l’autre saluer leur mémoire. Car au-delà de ce jour anniversaire, nous devons nous rappeler chaque jour qu’ils ont défendu notre République.

A la mémoire de nos Morts pour la France,

Christophe DELRIEU

Mél : christophe.delrieu@socarrieres.fr

Christophe DELRIEU rend hommage aux Carriérois Morts pour la France / SoCARRIÈRES*.

« Quelle journée qui devrait être pour tous remplie d’allégresse, mais mes pensées vont vers mes camarades disparus. » 

Cette belle pensée d'un jeune soldat qui apprenait la fin de la Première Guerre mondiale nous invite tous à ne pas oublier.

Christophe DELRIEU

 

Revenir